Voix d’Orléans – Les rencontres de la francophonie

voix

Les Voix d’Orléans –

Rencontres de la francophonie

Comment les femmes pensent-elles le monde ?

Comment le monde pense-t-il les femmes ?

On connaissait Orléans comme la ville de Jeanne d’Arc. Elle qui fut une des premières femmes à porter l’armure pourrait être l’égérie des féministes.  Ces Voix d’Orléans autour de la cause des femmes sont-elles celles de Jeanne ? En tout cas  voilà un titre  particulièrement bien inspiré pour ces premières rencontres francophones orléanaises, un événement qui va faire date.

Orléans,  ville chaleureuse, ouverte sur le monde et tournée vers l’avenir, Orléans, LA ville qui aura osé mettre des mots sur les maux.

Orléans, la ville  qui combat la renaissance des obscurantismes et  donne la parole à ceux et celles qui dans leurs pays subissent de plein fouet ces reculs, à ceux et celles qui combattent la xénophobie et réfléchissent sur la base des valeurs qui ont inspiré le siècle des Lumières.

Voilà qui nous honore.

Impossible de rendre compte dans cet article de la richesse de ces deux jours de débat avec des intellectuel-le-s français-e-s et francophones, venu-e-s de 16 pays différents sur la question fondamentale de la place des femmes dans ce monde à l’aune des valeurs de l’humanisme.

Vous remarquerez au passage que j’évite de devoir appliquer la règle du masculin qui l’emporte, une règle d’ailleurs remise en question dès le premier jour du colloque : Au 16° siècle on écrivait : « les hommes et les femmes sont belles », en accordant le verbe avec  le nom plus proche.

Sans titre

Demain peut-être à Orléans un  « Parlement des écrivaines francophones ? »

Je retiendrai parmi les moments marquants et  émouvants la table ronde animée par la brillantissime Fawzia Zouari, écrivaine, et journaliste à Jeune Afrique. Autour d’elle quatre femmes francophones et créatrices Maram El Masri (Syrie), Nadia Sebkhi (Algérie), Annie Djamal (Tunisie)  et Roula Azar Douglas (Liban) pour parler de leur rapport à l’écriture, à la langue et la culture française et de leur position pas toujours simple d’écrivaines francophones engagées dans leurs pays d’origine.

A l’issue du débat, Fawzia a elle aussi entendu une voix : Une voix qui lui soufflait l’idée d’un « parlement des écrivaines francophones », une voix multiculturelle qui ne partirait pas de Paris, mais d’Orléans. Relèverons- nous le défi ?

Télécharger le Programme et la biographie des intervenants sur calameo.

PCM-15

Édition 2015 du festival

Printemps & Cinémas de la Méditerranée

Affiche-A6WPlusieurs nouveautés pour cette édition :

1/ Les sites de projection : Orléans (cinéma les Carmes, la Maison des Associations de La Source, ASELQO quartier Gare), Pithiviers (le Mail).

2/ Le festival est toujours porté par le collectif d’associations : ASLA,  Palestine 45 et Diwan-Centre  avec le soutien de Citizens Carmes, le ciné-club de Pithiviers,

3/ Le festival s’élargit à la rive nord de la Méditerranée : Grèce, Italie, Portugal

Au programme

En lien avec l’actualité des films sur la Grèce, la Tunisie, la Syrie, les migrants..  Toujours sous les feux des projecteurs  l’Algérie, la Palestine,  le Maroc,  et la France. Et une petite séance rétro avec un classique italien. Alliant comme lors des éditions précédentes documentaires et fictions, nous espérons que la programmation 2015 vous plaira.

Comme à l’accoutumée, plusieurs réalisateurs/rices et producteurs/rices sont invité(e)s.

Vous trouverez ci dessous les dates, les lieux des projections.

le synopsis des films et même les bandes annonces

images

Le mot du président lors de l’inauguration

Nous vous remercions d’être là ce soir pour le 5éme festival de films d’auteurs du pourtour méditerranéen.

En effet depuis Juin 2011, Diwan-centre en partenariat notamment avec le Cinéma les Carmes et Citizen Carmes a pris l’habitude de ce rendez-vous printanier. Depuis l’an dernier Palestine 45 et l’ASLA, nous permettent d’enrichir et de perpétuer ce festival si riche d’ouvertures sur l’ensemble de la Méditerranée.

Cette année nous avons choisi d’élargir encore d’avantage : les œuvres allant du Portugal à la Grèce . Le voyage que nous vous proposons se veut varié tant dans ses problématiques que dans son esthétique . De cinéastes connus à celles et ceux qui sont à découvrir.

Les rencontres avec les réalisatrices et réalisateurs comme celle de ce soir avec Axel Salvatori nous permettront de beaux échanges fructueux et  amicaux

Nous remercions pour son accueil le cinéma « Les carmélites » . Nous en profitons pour vous rappeler que le festival propose aussi une comédie marocaine le « Veau d’or »  de Hassan Legzouli à l’Aselco gare puis à la MDA de la Source.

Nous vous souhaitons un très  bon festival « Printemps et Cinémas de la Méditerranée 2015 ».


L’interview sur Radio-Campus

Diwan-Centre, cinéma Les Carmes et  A. Salvatori  : https://soundcloud.com/radio-campus-orleans/le-journal-du-monde-arabe-06-06-15

Interview de H. Legzouli réalisateur du « Veau d’Or » sur France Bleu Orléans mardi 9 juin (minute 8)

Dates – Horaires – Lieux

Pour les films projetés au Cinéma des Carmes vérifier  sur leur site

Le veau d’or images

comédie de Hassan Legzouli

en présence du réalisateur url

Vendredi 12 Juin -19 h

à L’Aselqo Orléans Gare-

2 r Daniel Jousse,

ENTREE LIBRE

urlveaudor

en présence du réalisateur

Samedi 13 Juin-17h 30

Maison des Associations-

Palce Sainte Beuve-Orléans la Source

ENTREE LIBRE

index

index indexf

chebabs

index2
Amnesty international l’a projeté en Avril 2015 à Marseille
index
Lien sur leur page facebook

indexf

 

Histoire de Judas

de Rabah Ameur Zaïmeche

Dimanche 31 Mai-16h

et Dimanche 7 Juin-10h

Les Carmes -Orléans

Les chebabs de Yarmouk (1h 18)

de A.Salvatori

en présence du réalisateur

Mardi 2 Juin-19h 30

Les Carmes Orléans

terrasses

index

challat
Lien sur sa page facebook

indext

 Les terrasses (1h 34)

de Merzak Allouache

Jeudi 4 Juin-19h 15

Les Carmes Orléans

Le Challat de Tunis

de Kaouter Ben Hania (1h 30)

Samedi 6 Juin à 17 h 30

Cinéma les Carmes

et

Lundi 8 Juin -20h 30

Cinéma le Mail-Pithiviers

 

democratieindextindex
index
lien sur leur page facebook

indexf Sans titre

Démocratie année zéro

de Ch. Cotteret (1h 38)

Samedi 6 Juin-20h

Les Carmes -Orléans

Les messagers

de Hélène Crouzillat et

Laetitia Turin (1h 38)

en présence de  la réalisatrice et la contribution de la CIMADE

Samedi 6 Juin -15h 30

Les carmes Orléans

embouteillage

 

grecs1

drapeau-grecindexf

 Le grand embouteillage

de Luigi Comencini (2h )

Dimanche 7 Juin-18h

Les Carmes-Orléans

Les grecs ne travaillent pas

de B . Turpin (55 mn)

avec la réalisatrice

Dimanche 7 Juini-18h

Les Carmes -Orléans

Les 1001 nuits Volume 1, l’inquiet

de Miguel Gomes

Mardi 9 juin

Les Carmes-Orléans

 

Synopsis

Histoire de Judas

« Judas est l’ami le plus proche de Jésus et son plus fervent disciple. Il est impressionné par sa parole, à la fois sage et de paix. Judas est prêt à tout pour le protéger. Jésus prend un risque quand il s’attaque aux marchands du temple. Il devient la cible des grands prêtres et de l’autorité romaine »…(télérama)

Les Grecs ne travaillent pas   de B. Turpin (55mn)

La réalisatrice écrit : « Les Grecs ne travaillent pas ». « Les grecs sont paresseux, des enfants gâtés… »  Alors j’ai décidé de filmer beaucoup de Grecs au travail. Mais le film, « Les Grecs ne travaillent pas » va bien au-delà. Entre documentaire et art vidéo, ce film musical pose un regard engagé sur l’Europe au début du 21ème siècle – de l’austérité à la montée de l’extrême droite et du racisme – et affirme notre grand besoin de poésie face au marasme politique qui nous entoure. « 

Les jours d’avant- de K. Moussaoui (50 minutes)

« Aujourd’hui adultes, Djaber et Yamina se souviennent. Dans une cité du sud d’Alger, au cœur des années 90, ils tentent de traverser l’adolescence malgré une violence qui couve et se resserre autour d’eux. Ces jeunes gens sont pétrifiés par les interdits parentaux, sociétaux. L’horreur finit par éclater sous leurs pieds et modifier définitivement leurs parcours. Au point, que Djaber pense sérieusement à quitter le pays… »(telerama)

Les Chebabs de Yarmouk-de A. Salvatori (1h18)

La vie et les espoirs de jeunes palestiniens, garçons et filles, « les Chebabs » à Yarmouk dans le plus grand camp palestiniens du Moyen Orient près de Damas en Syrie avant la guerre. Entre le besoin de liberté et l’appartenance au groupe, le désir de révolte et la perspective d’une vie meilleure leurs choix sont difficiles.Documentaire sélectionné ausx étoiles de la Scam.

Le Challat de Tunis   de K. BenHania (1h30)

« Tunis, avant la révolution. En ville une rumeur court, un homme à moto, armé d’un rasoir, balafrerait les fesses des femmes qui ont la malchance de croiser sa route. On l’appelle le Challat, “le balafreur”. Fait divers local ? Manipulation politique ? Une jeune réalisatrice décide d’enquêter pour élucider le mystère du Challat de Tunis. Ses armes : humour, dérision, obstination. »(allociné)

Les Messagers- de Hélène Crouzillat et Laetitia Tura- 1h 10

 

Du Sahara à Melilla, des témoins rescapés  racontent la façon dont ils ont frôlé la mort, qui a emporté leurs compagnons de route, migrants partis et jamais arrivés , des morts sans sépulture. Un film terrible et hélas d’actualité, d’une grande sobriété. La barrière qui descend  le long des rochers et semble s’enfoncer dans la mer est le  symbole grotesque d’un découpage de l’espace à l’origine des pires violences.

Démocratie année zéro- de Christophe  Cotteret (1h 38)

La révolution tunisienne  depuis les premières révoltes de 2008 dans le bassin minier de Galsa aux élections libres d’Octobre 2011 . Histoire de ce mouvement majeur du point de vue des résistants des premières , de ceux qui n’avaient pas été compromis avec l’ancien régime. Les tatonnements d’une transition qui se cherche. Un documentaire invitant au débat.

Les Terrasses de Merzak Allouache (1h 34)

Cinq histoires qui se déroulent sur les terrasses d’un immeuble de Bab El Oued. Le dur visage de l’Algérie, entre hommes violents, religieux hypocrites, et hommes d’affaire peu scrupuleux.Dans « Les Terrasses », chacun s’arrange avec la morale, avec les règles de la société ou avec sa propre foi. Et les pires agissements peuvent avoir lieu en toute impunité, dictés par des principes passéistes ou par les pires instincts humains. Un film coup de poing de Merzak Allouache, auteur de Bab El Oued  » et de « Harragas » .

Le grand embouteillage de Luigi  Comencini (2h 01)

Bloqués dans un gigantesque embouteillage près de Rome, les automobilistes font face à la situation , chacun à leur manière. Une comédie qui se transforme en fable apocalyptique ,au travers de laquelle le cinéaste dépeint les travers de l’Italie de la fin des années 70.

Le veau d’or de Hassan  Legzouli (1h 24)

Envoyé par son père dans un petit village de l’Atlas marocain où celui-ci espère le voir s’assagir, Sami, 17ans, ne rêve que de revenir en France  pour obtenir la nationalité française et retrouver Mélanie. Dans ce but, avec son cousin Azadade, ils volent un boeuf dans une ferme appartenant au roi du Maroc. Ils essaient de le vendre pour payer la traversée et là les ennuis commencent.. Une succulente comédie à rebondissements.

 Les 1001 nuits Volume 1, l’inquiet de Miguel Gomes

Où Schéhérazade raconte les inquiétudes qui s’abattent sur le pays : « Ô Roi bienheureux, on raconte que dans un triste pays parmi les pays où l’on rêve de baleines et de sirènes, le chômage se répand. En certains endroits la forêt brûle la nuit malgré la pluie et en d’autres hommes et femmes trépignent d’impatience de se jeter à l’eau en plein hiver. Parfois, les animaux parlent, bien qu’il soit improbable qu’on les écoute. Dans ce pays où les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être, les hommes de pouvoir se promènent à dos de chameau et cachent une érection permanente et honteuse ; ils attendent qu’arrive enfin le moment de la collecte des impôts pour pouvoir payer un dit sorcier qui… ». Et le jour venant à paraître, Schéhérazade se tait.

A toutes et à tous , bon festival!