Catégorie : Article

Architecture : la Hamrya de Meknès

La région de Meknès Tafilalet est partenaire de la Région Centre et ce partenariat favorise l’émergence de projets de coopération, notamment dans le domaine culturel. Diwan-Centre travaille depuis 2015 à la finalisation d’un projet autour de l’ architecture de la ville nouvelle de Meknès (Hamrya), dont les plans ont été conçus en 1915 par l’urbaniste Henri Prost, cheville ouvrière de la loi d’urbanisme des grandes villes du Maroc .2

Maghreb : cinémas en danger

En France les salles indépendantes- dites cinémas d’art et d’essai – ont du mal à survivre et à faire face à la concurrence des multiplexes et cela s’aggrave avec la situation sanitaire. Toutefois on parvient tant bien que mal à garder au moins un cinéma d’art et d’essai dans chaque ville et les multiplexes ne sont pas encore menacés. Dans le Maghreb, et ce ci de date pas de la crise sanitaire ce sont tous les cinémas qui sont en voie de disparition.

On a aimé

Cette page accueille les coups de coeur de Diwan-Centre : spectacles, livres, films, expositions  ayant un rapport avec l’objet de notre association.

Yennayer, le nouvel an amazigh (« berbère »)

Yennayer c’ est le premier jour de l’année, pour les amazighs et les utilisateurs d’un calendrier de type agraire employé  avant et pendant  la période romaine. Diwan Centre a fêté Yennayer en 2017, pardon 2967 au temps d’avant où l’on pouvait réunir 300 personnes et fêter dignement cette date chère aux riffains, nombreux à Orléans et à tous les amoureux de la culture « berbère ». Yennayer tombe à la même époque que le nouvel an chinois. Pour le moment permettons nous seulement de rêver à des temps meilleurs où les dragons chinois croiseront le défilé des masques et des haillons dans les rues d’Orléans ! En attendant la lecture de cet article vous en dira un peu plus sur les berbères .

Sur les traces de l’émir Abd El Kader à Amboise

25 stèles taillées dans des pierres d’Alep (Syrie) gravées d »hymne à la paix et à la tolérance extraits du Coran à la mémoire des 25 membres de la suite de l’émir Abd El Kader morts au château d’Amboise .L’émir Abd El Kader vous connaissez ? A la tête d’ une confédération de tribus de l’ Oranie dont il était le sultan depuis 1832, il a tenté pendant quinze longues années de bouter les Français hors de ce qui n’était pas encore l’Algérie. Et comme Jeanne qui bouta les Anglais hors de ce qui n’était pas encore la France, cela fait de lui un mythe fondateur de la nation algérienne.

croquet du Berry

Gourmandise sans frontières : Ces «bis-cuits» qui ont voyagé

Vous est-il jamais arrivé en trempant votre petit LU dans votre « petit noir » bien tassé de vous dire que ces petits plaisirs « bien de chez nous » nous viennent d’ailleurs?  Savez-vous que les tous premiers caféiers sont du Yemen , qu’on consommait du café en Perse, en Egypte, en Afrique du Nord et en Turquie au 15° siècle et qu’il s’est répandu en Europe à partir du 17° siècle par le biais des marchands vénitiens?  Quant aux biscuits ce sont eux aussi des migrants. Jugez en par vous même !

Ces fables qui ont voyagé

S’il est bien un objet littéraire qui a voyagé dans l’espace et dans le temps autour du monde et de la Méditerranée , ce sont les fables. Et notre bon vieux Jean de la Fontaine, mis à l’honneur du 6° Festiv Asso à Orleans la source ne fut certes pas le premier à s’y essayer. Occasion pour Diwan-Centre d’un retour aux sources qui montre une fois de plus que notre culture est le résultat d’un formidable melting-pot et non le produit d’un microscosme français ignorant de ses  racines.

Soixante-treize « Poilus » venus du Maghreb, morts pour la France à Orléans

Soixante-treize soldats venus d’Afrique du Nord sont morts à Orléans pendant la grande Guerre. Soixante-sept d’entre eux reposent dans le carré militaire du Grand Cimetière d’Orléans. Qui sont-ils ? D’où venaient-ils? Pourquoi  Orléans? Diwan-Centre a mené l’enquête avec l’aide des Archives municipales d’Orléans qui ont relayé cet article sur leur site et publié un avis de recherche concernant l’homme qui pose en gare d’Orléans. Cet article très documenté peut amener des familles algériennes, marocaines ou tunisiennes à retrouver trace d’un aïeul mort à l’hôpital pour la France et reposant à Orléans.

« Orleans mag » parle de nous

Les dix ans de Diwan-Centre, un flashmob qui a fait parler de nous! L’occasion fait le larron! Orleans Mag, journal de la métropole orléanais a rendu hommage au travail effectué par notre association au service depuis tout ce temps. merci à Michael Simon pour cet article talentueux.