Hommage à Sghaier Oulad Ahmed

Il est de ces poètes qui traduisent l’amour du pays, la souffrance d’un peuple. Ainsi en est-il du poète tunisien Sghaier Oulad Mohammed qui a milité toute sa vie contre l’oppression politique sous Bourguiba, puis sous Ben Ali . Sa poésie annonçait le soulèvement qui mettrait fin à la dictature.

Ci dessous un lien vidéo pour tous ceux qui n’ont pas pu assister à l’événement organisé par Diwan-Centre le 7 avril 2017 dans le cadre intimiste du café littéraire orléanais « Autour de la Terre », présenté par Mohammed Boughanemi, ami et traducteur du « pourfendeur des tyrans « . Après une présentation de l’auteur et du contexte, vous pourrez écouter quelques lectures de poèmes, dont des inédits. Une soirée qui se renouvellera peut être car on attend la parution de son dernier ouvrage en traduction.

annonce de l’événement sur Orléans agglo

« Le poète a toujours  raison , qui voit plus haut que l’horizon et le futur est son royaume  »  ,chantait Ferrat. Et depuis sa création il y a dix ans, notre association a eu à coeur de donner à entendre la voix des poètes.

Sghaier Oulad Ahmed lui aussi avait vu plus haut que l’horizon, dénonçant inlassablement la dictature, prédisant le « Printemps tunisien », soulèvement populaire parti de sa ville natale, Sidi Bouzid.

Son premier recueil de poésie sorti en 1984, fut interdit de diffusion et resta censuré jusqu’en 1988.  Après des années noires (incarcération ,licenciement, chômage), il finit par devenir attaché culturel au Ministère, puis directeur de la  Maison pour la Poésie tunisienne dont il était le fondateur. Il  ne lâcha jamais sa plume, son arme de combat

Certains de ses textes sont devenus mythiques . Ainsi

Comme personne ne l’a jamais aimé qui est  l’un des poèmes les plus connus en Tunisie et dans le monde arabe . Hymne à l’amour de la patrie, il a été mis en musique par divers compositeurs.

Nouhebbou l’bilad

« Nous aimons notre pays

comme personne ne l’a jamais aimé
Matin, soir et dimanche
Et s’ils nous tuent comme ils l’ont déjà fait
S’ils font de nous des apatrides comme ils l’ont déjà fait
Nous reviendrons conquérants à ce pays.

Tout aussi mythique   Femmes de mon pays   est devenu l’hymne des féministes tunisiennes.

C’était le 7 Avril 2017  à 18h 30- au Café littéraire :  » Autour de la Terre « .

 

Laisser un commentaire

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.