Tous les billets

Soixante-treize « Poilus » venus du Maghreb, morts pour la France à Orléans

Soixante-treize soldats venus d’Afrique du Nord sont morts à Orléans pendant la grande Guerre. Soixante-sept d’entre eux reposent dans le carré militaire du Grand Cimetière d’Orléans. Qui sont-ils ? D’où venaient-ils? Pourquoi  Orléans? Diwan-Centre a mené l’enquête avec l’aide des Archives municipales d’Orléans qui ont relayé cet article sur leur site et publié un avis de recherche concernant l’homme qui pose en gare d’Orléans. Cet article très documenté peut amener des familles algériennes, marocaines ou tunisiennes à retrouver trace d’un aïeul mort à l’hôpital pour la France et reposant à Orléans.

Ces fables qui ont voyagé

S’il est bien un objet littéraire qui a voyagé dans l’espace et dans le temps autour du monde et de la Méditerranée , ce sont les fables. Et notre bon vieux Jean de la Fontaine, mis à l’honneur du 6° Festiv Asso à Orleans la source ne fut certes pas le premier à s’y essayer. Occasion pour Diwan-Centre d’un retour aux sources qui montre une fois de plus que notre culture est le résultat d’un formidable melting-pot et non le produit d’un microscosme français ignorant de ses  racines.

Sur les traces de l’émir Abd El Kader à Amboise

25 stèles taillées dans des pierres d’Alep (Syrie) gravées d »hymne à la paix et à la tolérance extraits du Coran à la mémoire des 25 membres de la suite de l’émir Abd El Kader morts au château d’Amboise .L’émir Abd El Kader vous connaissez ? A la tête d’ une confédération de tribus de l’ Oranie dont il était le sultan depuis 1832, il a tenté pendant quinze longues années de bouter les Français hors de ce qui n’était pas encore l’Algérie. Et comme Jeanne qui bouta les Anglais hors de ce qui n’était pas encore la France, cela fait de lui un mythe fondateur de la nation algérienne.